Excessivement Nonstop

Âme sensible (ouïe délicate surtout), s’abstenir ! Nonstop déverse, ou vomit c’est au choix, un flot de syllogismes tous plus absurdes les uns que les autres.

Nonstop te défonce les tympans pour mieux retrouver ton cerveau !

Sans aucune modération, Nonstop te fait goûter à son début de psychose.  Il te dédommage ceci dit avec des perles de sagesse du type : « savoir qu’une frigide qui chiale, c’est une frigide qui jouit ! » Ouais, c’est que Nonstop, de son petit nom Fredo Roman, fait dans le corrosif et le dysharmonique. Il t’enchaine sur 2 albums intitulés Road movie en béquilles et J’ai rien compris mais je suis d’accord. Histoire de te donner un aperçu qui ne te conduira pas direct en HP, on va d’abord se contenter de 2 morceaux seulement et gentiment saugrenus…

Parce que « ça lui arrive » !
Parce qu’on « lui dit jamais rien » !

Si tes oreilles ont survécu, il te faut alors embrayer avec Le fils du soldat inconnu. Inspiré des Documents interdits, le 1er fake de la télé qui défraye encore les passions, ce morceau mérite une mention très très spéciale pour ce rappel du pouvoir de la suggestion médiatique.

Dans tous les cas, tu ne pourras être que troublé de la pertinence des sophismes, pourtant aberrants, qui se succèdent sur les albums de Nonstop.