Jonk, le décati et son immuable

Si tu ne le connais pas encore et ben, c’est que tu devrais ! Parce que ses photographies, te font découvrir la beauté de la décrépitude et toucher à de l’intemporel dans le révolu.

Jonk
Ce qu’il en restera…

Lui, ce photographe de talent, passionnée d’urbex, c’est Jonk. De Paris et ses bâtiments négligés, à l’Europe de l’Est, il parcourt les lieux abandonnés et te replace dans un passé, un hier troublant du poids de son présent.

Des endroits désertés, que ton imaginaire se surprend à fantasmer pour leur prêter une vie, mais pas trop… C’est qu’au-delà de ce qui est vidé du contemporain, il y a aussi un truc qui se rapproche d’une essence et dont tu ne parviens pas à te défaire. Quelque chose qui te rappelle que derrière l’infatué, il y a du dérisoire et malgré tout, sa grandeur.